À 13 ans, parce qu’on hésite sans cesse entre deux territoires, celui de la tendre insouciance et celui des importantes décisions, parce que le corps lui-même est à peine dessiné, on est sans doute à l’âge le plus vulnérable. On a des rêves plus vastes que la terre, on a besoin de devenir exceptionnelle, sans savoir que chaque être humain l’est déjà. Étourdie par les compliments d’une femme très chic à la sortie de son cours de modern jazz, Cléo se sent élue, choisie pour son talent. Elle croit ouvrir les portes d’un palais, quand c’est une main délicate qui l’étrangle.

Le jour où elle sent dans sa chair « le métal froid d’une bague », son corps ne lui appartient plus. Décomposée, accablée par la honte, Cléo s’accroche, obéit sans véritablement consentir, hantée par la peur de décevoir et le besoin de reconnaissance, au point d’entraîner d’autres proies dans sa chute.

Ce roman est une grande réussite. J’ai une profonde admiration pour le travail de Lola Lafon dont l’écriture a la grâce et la délicatesse d’une vraie « plume », celle de l’encre et celle de l’oiseau : tout est beau et subtil. J’ai vu l’oiseau égaré en chaque danseuse, chaque effort déployé, chaque muscle tendu, chaque plumage de costume. J’ai surtout aimé ça, la souplesse et l’esthétique des mots, la pudeur et la suggestion.

J’ai trouvé à ce roman une multitude de facettes :

C’est un texte bigarré et sensoriel où se mêlent mille parfums et mille textures, qui fait honneur au travail des danseuses. J’ai adoré l’immersion dans un monde où lumières, paillettes, faux-cils, résilles et poudres retiennent la magie en cachant la sueur, les plaies, l’épuisement.

J’ai trouvé aussi en ce livre un très grand hommage aux femmes, à leur corps, à leur résistance et à leur dignité.

 C’est enfin un roman parfaitement construit et documenté qui aborde de nombreuses questions politiques, religieuses et sociales, qui témoigne d’une époque et des abus sexuels sur mineurs, dans la droite ligne de MeToo.

Le cœur du livre, c’est le pardon et la réparation.

Editions Actes Sud, 2020.